Newsletter

Newarty's sur Facebook

 Les médias en parlent :

 france 3 interview télé newarty's

Le street art fait les belles heures des galeries et des musées

De la rue aux plus grandes galeries internationales, en quarante ans le street art a gagné ses lettres de noblesses. Reconnu comme mouvement artistique, l'art urbain est aujourd'hui objet de collection et de marketing. Parmi les passionnés, il y a ceux qui traquent dans les rues des oeuvres d'artistes connus et puis il y a les galeristes toujours prêts à dénicher les artistes en devenir. Considéré comme marginal, dégradant, illégal, le street art trouve aujourd'hui une légitimité inédite. Né dans la rue sur des supports urbains d'accès souvent délicats, le mouvement porté par des artistes de renommée internationale a gagné sa place sur le marché de l'art. De la rue au musée, itinéraire d'un mouvement débridé.
Reportage : A. Chopin / O. Palomino / B. Vidal

Sur la toile et dans les bacs

De la rue à la toile, le steet art étend peu à peu sa notoriété via le web. Benoît Brigault a crée un site internet entièrement dédié aux arts urbains. La Galerie Newarty's propose un catalogue de pièces uniques et authentiques.

Collages, pochoirs ou graff on y trouve aussi des maquettes de bus RATP tagués. "Les gens que l'on appelait des vandales dans les années 80, sont de vrais artistes qui travaillent en atelier et qui ont d'autres propositions à faire que d'écrire un nom sur un morceau de mur", explique-t-il. 

 

Maquette de bus ratp, objet d'art et d'expression par excellence

Maquette de bus ratp, objet d'art et d'expression par excellence © France 3 / Culturebox



Le Street Art entre au musée 

Le lien vers le sujet complet :
http://culturebox.francetvinfo.fr/tendances/street-art/le-street-art-fait-les-belles-heures-des-galeries-et-des-musees-217763

 

artistik rezo newarty's

Newarty's reconnue parmis les meilleurs expositions de Street Art 2014 par Artistik Rezo

Belle-Île-en-Mer (56) Newarty's - Exposition collective de street art et graffiti Du 23 au 29 août 2014 - Belle-Île-en-Mer
Artistes : Wire // Nowart // Balyc // Bears // Tarek

NEWARTY’S vous présente à travers sa boutique en ligne une sélection de pièces uniques et authentiques. Des supports variés et originaux (toiles, plaques de plexiglass, disques vinyles, maquettes…), des techniques complexes (acrylique, aérosol, marqueur, collage…), ainsi que des artistes investis dans la street culture.

 

le parisien magazine newarty's

Une galerie d'art urbain sur la toile - Le Parisien

le parisien magazine newarty's

Le street art fait le mur et passe sur la Toile. Newarty's est une galerie 100 % en ligne, dédiée à l'art urbain, qui commercialise sur Internet une centaine d'oeuvres de graffeurs français. « La French touch est reconnue à l'international sur les murs, comme elle est dans les assiettes.

A Paris, c'est devenu simple d'acheter de l'art urbain, mais pas dans les villages », explique Charlotte Gautrain. La directrice de Newarty's, lancé il y a juste un an et basé à Etampes, chouchoute avec Benoît Brigault, directeur artistique, les toiles confiées en dépôt avec certificat d'authenticité des neuf artistes de leur écurie, huit Franciliens et un Lyonnais. Or, le street art explose. « Il est rentré dans les galeries, devient coté, note Charlotte Gautrain. Avant c'était du graffiti. Maintenant, il fait partie du marché de l'art. »

Un marché qui a passé un cap, mais qui est encore ouvert aux coups de coeur des petits budgets : Newarty's propose dès 110 € des tableaux uniques peints à la bombe, au marqueur, à l'encre de chine sur papier kraft ou à l'acrylique sur Plexiglas, dont une dizaine a déjà trouvé preneur et une quarantaine seront visibles au salon d'art contemporain d'Etampes du 28 septembre au 12 octobre*. « Nos tableaux ne dépassent pas les 2 000 €, afin de rester accessibles », assure Benoît Brigault. « Je mixe du son urbain en tant que DJ, et c'est dans ces soirées que j'ai commencé à fréquenter des graffeurs, en particulier Nowart, un poids lourd du graffiti et un ami depuis plus de dix ans, raconte le Web designer, dont le site enregistre un millier de visiteurs par mois. Puis on a rencontré d'autres artistes par les réseaux sociaux et le bouche-à-oreille. » Les neuf graffeurs de la galerie virtuelle ont « chacun leur style et leur technique ». « La difficulté a été de les convaincre que mettre leur travail sur une toile plutôt qu'au mur ne le dénaturait pas », assure Charlotte Gautrain, qui expédie les oeuvres dans des emballages sur mesure.

« Nous ne sélectionnons que des artistes que nous aimons. Nous ne faisons pas comme les galeries, tournées vers l'argent, et qui nous surveillent du coin de l'oeil. Notre critère c'est : Est-ce que je le veux dans mon salon ? », résume le directeur artistique, fan qui « adopte » temporairement chez lui des toiles. Des séries limitées de pièces -- vendues dès 70 € -- de vinyles 33 tours, puzzles et maquettes de bus relookées à la main par les artistes sont aussi proposées.

« Les oeuvres sont uniques. On ne va pas les retrouver chez les autres comme les reproductions Ikea, pas tellement moins chères, appuie Charlotte Gautrain. On aide également faire vivre un artiste, on entretient sa créativité. C'est un acte antiglobalisation ! » Et une autre brique dans le mur de l'art urbain.

*Salon d'art contemporain d'Etampes du 28 septembre au 12 octobre, salle Jean-Lurçat, de 15 heures à 18 heures.

 

french web newarty's

La start-up du jour : Newarty’s, la marketplace pour l’art urbain, le graffiti et le street art

La plateforme veut convaincre les clients d’acquérir des pièces uniques, et non des séries numérotées…

Chaque jour, FrenchWeb met en avant une nouvelle startup pour la faire découvrir au grand public et partager l’expérience entrepreneuriale de ses créateurs.

Frenchweb vous propose aujourd’hui de découvrir Newarty’s, une start-up basée à Etampes qui édite une plateforme d’art urbain depuis octobre dernier. Plus de détails avec Benoit Brigault, co-fondateur.

Frenchweb : Comment avez-vous eu l’idée de votre société ?

Benoit Brigault : Un matin, nous voulions acheter un tableau pour habiller un mur de notre salon. Habitant en banlieue parisienne, il était impossible de trouver une galerie d’art proche de chez nous. Nous avons réfléchis à un moyen de rapprocher l’offre de la demande. Une galerie consultable en ligne était la solution.

Amateurs d’art urbain, l’idée de concevoir une galerie online spécialisée dans le graffiti et le street art était toute trouvée.

A quel besoin apportez-vous une réponse ?

Nous avons souhaité rapprocher les artistes de clients potentiels qui ne pouvaient pas avoir accès à leurs œuvres. Nous proposons aux amateurs d’art ou à des personnes qui souhaitent se faire plaisir la possibilité d’acheter facilement une pièce unique. A l’heure de l’hyper consommation et de la globalisation, les individus ont besoin de références fortes auxquels ils peuvent se rattacher.

Très simplement, comment gagnez-vous de l’argent ?

Nous prenons une marge sur chaque vente effectuée.

Qui sont vos compétiteurs ?

Nos principaux concurrents sont les sites qui proposent des reproductions et des tirages d’art en série limité. Leur prix sont forcement inférieurs, nous espérons donc mettre suffisamment nos pièces en valeur pour convaincre les internautes qu’acheter une œuvre unique est une toute autre démarche. Acheter une pièce unique permet de soutenir le développement des artistes et leur intégrité.

Quelle a été l’une des premières problématiques dans votre développement, et comment y avez-vous fait face ?

Nous n’étions pas certains de la réaction des artistes pour la vente en ligne de leurs oeuvres. Notre démarche est nouvelle et le circuit d’écoulement classique étant les galeries d’art, il fallait démontrer tout de suite que le potentiel de vente était là et que leur travail serait respecté.

Le projet à été muri pendant deux ans. Ils nous fallait arriver avec un projet quasi prêt à rentrer en production pour gagner leur confiance et les convaincre de travailler ensemble.

Sur ce marché, quel est votre principal atout ?

Notre principal avantage est d’être précurseurs et spécialisés dans l’art urbain. Nous avons donc une longueur d’avance sur la concurrence, mais tout le travail de communication autour de ce nouveau média reste à faire.

Quel est le meilleur conseil que l’on vous ait donné et par qui ?

C’est celui de notre amie Nathalie Marius qui est directrice e-commerce du site MyClubDesign. Elle nous a alerté sur la difficulté à mesurer les retombées et performances des investissements en presse écrite, ce que nous avions prévu à l’origine. Nous avons donc davantage orienté nos actions vers les réseaux sociaux et les médias pure-players pour faire connaitre Newarty’s.

Quelle est la personnalité que vous admirez le plus ?

Jacques-Antoine Granjon, le fondateur de Vente-privee. Il n’a pas peur des préjugés. Il est de plus un grand amateur d’art contemporain.

 

ouest france

Avec Newarty's, l'art urbain s'expose aussi - Ouest France

Charlotte Gautrain et Benoit Brigault organisent pour la première fois à Belle-Ile une exposition collective d'oeuvres d'art de la rue (street art), réalisées à la peinture aérosol et au marqueur. Ils ont récemment créé l'entreprise Newarty's, dont le siège est établi en région parisienne, et une galerie d'art urbain en ligne.

Charlotte Gautrain, d'origine belliloise, en est la directrice, tandis que Benoit Brigault en assure les fonctions de directeur artistique. « Nous avons sélectionné une cinquantaine de toiles réalisées par des artistes du genre reconnus : hRLck, Wire, Nowart, Mister Pee, Bears, Tarek, Balyc, Kesadi et Vision. Nous primons la qualité. Ces artistes, complémentaires, continuent de faire le mur parallèlement à leurs tableaux, précise Benoit Brigault. Il ne s'agit pas de dénaturation de leur art, mais d'un changement de support. »

Leur première exposition a eu lieu à Paris, en juillet dernier. Les pièces exposées sont des uniques, vendues entre 65 et 180 € pour les « custom series » comme les vinyles 33 tours ou les maquettes de bus RATP.

« Le projet Newarty's est né d'une constatation : si vous voulez vous procurer un tableau de street art ou de graffiti et que vous n'habitez pas dans une grande ville, il est très difficile de vous rendre dans les lieux d'exposition et donc de vente », écrit Charlotte Gautrain sur le site de l'entreprise (www.newartys.com)

Exposition du 23 au 29 août, de 10 h 30 à 19 h, Belle-Ile-en-mer, place de l'Hôtel-de-Ville.